C dans l'air jeudi 16 mai 2024 : les invités reçus par Axel de Tarlé sur France 5

Mis en ligne par Jean-Marc VERDREL jeudi 16 mai 2024 567
C dans l'air jeudi 16 mai 2024 : les invités reçus par Axel de Tarlé sur France 5

Axel de Tarlé vous donne rendez-vous ce jeudi 16 mai 2024 à 17:30 sur France 5 pour un nouveau numéro de “C dans l'air”. Voici le thème de l'émission et les invités qui seront reçus.

17:30 L'invité de "C dans l'air"

Axel de Tarlé reçoit chaque jour en direct une personnalité qui fait l'actualité. Hommes et femmes politiques, écrivains, philosophes, scientifiques ou l'économistes : 10 minutes de dialogue pour donner un éclairage en prise directe avec l'information du jour.

Ce jeudi 16 mai 2024, Axel de Tarlé recevra : Olivier Esteves, professeur des universités, spécialiste du monde anglophone, de l’ethnicité et de l’immigration et co-auteur de « La France tu l’aimes, mais tu la quittes ».

Alors que la France est le pays qui compte le plus de musulmans en Europe, l’enquête sociologique d’Olivier Esteves tente d’expliquer ces départs. Parmi les raisons évoquées, 71% évoquent la volonté de moins subir de racisme et de discriminations, celle de vivre sereinement leur religion (64 %). Le droit à l’indifférence mais à celui de progresser professionnellement (41%) aussi, pour ces jeunes souvent très diplômés qui trouvent l’ascenseur social enrayé, bloqué par les discriminations à l’embauche. Cette enquête sociologique s’est appuyée sur un échantillon de plus de 1000 personnes et sur 140 entretiens approfondis. L’ouvrage révèle les effets délétères de l’islamophobie qui, vus d’ailleurs, semblent constituer une exception française.

Olivier Esteves  reviendra sur son enquête.

17:45 "C dans l'air"

Axel de Tarlé décryptera en direct l'actualité en compagnie de quatre experts. En fin d'émission, ils répondent aux questions des téléspectateurs.

Les experts invités : 

Yves Thréard, éditorialiste, directeur adjoint de la rédaction du Figaro.

Pierre Haski, croniqueur international à France Inter et L’Obs.

Nathalie Nouzières, rédactrice en chef pôle Outre-mer de France Télévisions.

Martial Foucault, professeur à Sciences Po titulaire de la Chaire Outre-mer.

Bernard Meunier, ancien membre du GIGN.

Le thème de l'émission :

Comment ramener le calme en Nouvelle-Calédonie ? Paris a décidé d’envoyer l’armée et de décréter l’état d’urgence. Une nouvelle réunion de crise a été organisée à l’Elysée ce matin. Face à la gravité de la situation, le chef de l’Etat a annulé son déplacement pour inaugurer l’EPR de Flamanville et a organisé en fin de matinée une rencontre en visioconférence avec les élus locaux.

Sur place, le bilan s’alourdit encore. Quatre personnes sont mortes dans les émeutes ces dernières vingt-quatre heures, alors que l’Assemblée nationale a adopté mercredi la révision constitutionnelle sur le corps électoral qui déchire l’archipel de 270 000 habitants. Parmi les victimes, un gendarme mobile de 22 ans, décédé à Plum, dans le sud de l’archipel, d’une "balle tirée en plein front" ; deux autres habitants ont succombé à des "tirs à balles réelles" alors qu’ils "venaient manifestement pour voler une voiture", selon le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin. "Toutes les violences sont intolérables et feront l’objet d’une réponse implacable", a fait savoir le président de la République.

L’armée a été déployée pour sécuriser les ports et les aéroports, l’utilisation du réseau social TikTok est interdite et le couvre-feu maintenu. Gérald Darmanin a annoncé que dix leaders de la Cellule de coordination des actions sur le terrain (CCAT) ont été assignés à résidence, les qualifiant de "mafieux". Il a également accusé l'Azerbaïdjan d'ingérence dans les émeutes et regretté "qu'une partie des indépendantistes calédoniens aient fait un deal" avec ce pays pro-Russe. "La priorité, c’est de retrouver l’ordre, le calme et la sérénité", a rappelé Gabriel Attal devant les députés, évoquant une situation qui reste "très tendue". Le responsable, indépendantiste, de la CCAT a, de son côté, condamné des "débordements" "très graves" et a appelé au calme.

Alors que se passe-t-il en Nouvelle-Calédonie ? Pourquoi la révision constitutionnelle sur le corps électoral divise-t-elle la Nouvelle Calédonie ? Quel est ce projet de réforme ? Qu’est-ce que la CCAT, cette cellule ciblée par Gérald Darmanin ? Pourquoi l’ombre de la Chine, de l’Azerbaïdjan et de la Russie plane-t-elle sur les émeutes ? Enfin comment sortir de la crise ? Dans une tribune au Monde, trois anciens Premiers ministres - Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls et Édouard Philippe – invitent Matignon à reprendre le dossier. « Il faut redonner une dimension plus politique globale et interministérielle à ce dossier et surtout remettre du dialogue dans le moteur" préconisent-ils.

Le sujet vous questionne ?

Posez votre question par SMS au 41 555 (du lundi au samedi de 15h30 à 19h00 | 0,05 € / SMS), sur Twitter avec le hashtag #cdanslair.

Dernière modification le jeudi, 16 mai 2024 16:12
mail

L'actualité TV Newsletter
Pour ne rien louper...
Chaque semaine, recevez en avant-première une sélection de programmes qui seront bientôt diffusés à la TV.

vignette primes a venir
vignette week end tv