Munch de retour sur TF1 jeudi 30 janvier : Isabelle Nanty évoque la 3ème saison

Mis en ligne par jeudi 9 janvier 2020 630
Munch de retour sur TF1 jeudi 30 janvier : Isabelle Nanty évoque la 3ème saison

Maître Munchovski reprend du service pour une troisième saison qui s’annonce très mouvementée à découvrir sur TF1 dès le jeudi 30 janvier à 21:05 ! Isabelle Nanty rendosse avec excitation la robe d’avocat et retrouve avec un plaisir intact son équipe, devenue une « seconde famille ».

Dès le premier épisode, l’agression d’Hubert Bellanger, associé et ami de Munch, bouleverse la vie du cabinet. Comment votre personnage va-t-il réagir ?
Hubert est mal en point, sa rééducation s’annonce longue et Munch doit réagir rapidement. Bellanger lui manque, il a laissé un vide, mais son quotidien chargé reprend vite le dessus. Dans un premier temps, elle essaie de faire front avec Aurélien, Gaspard et Clarisse, qui s’apprête à passer le concours du barreau et à devenir maman... Pourtant, les dossiers s’accumulent et s’il ne veut périr, le cabinet Bellanger - Munchovski doit s’agrandir. Au grand dam d’Aurélien, qui comptait prendre du galon et voyait déjà son nom en lettres d’or sur la plaque d’entrée du cabinet, Munch décide d’engager un nouveau collaborateur pour pallier l’absence temporaire d’Hubert. Et elle n’est pas au bout de ses surprises…

L’une de ces surprises a un nom : maître Blanche Braque, incarnée par Marilou Berry. Comment s’est déroulée votre rencontre ?
Marilou et moi nous connaissions un peu car nous avions tourné ensemble dans Les reines du ring. Nous avions passé de bons moments à Lille, où le film se tournait. Je me souviens d’un dîner au cours duquel nous avions eu le temps d’échanger sur notre métier. Marilou est une actrice qui me touche beaucoup. J’ai été informée de son arrivée dans l’aventure Munch peu avant le tournage et cette nouvelle m’a ravie car je l’apprécie tant sur le plan professionnel que personnel. Elle est inventive, drôle, mais pas seulement. Je l’ai particulièrement appréciée dans Vilaine et Joséphine. Elle sait donner à chacun de ses rôles une vraie profondeur.

La famille s’agrandit !

Au premier abord, les relations entre vos deux personnages ne semblent pas simples…
Alors que l’ensemble du cabinet est très suspicieux vis-à-vis d’elle, Munch ne se pose pas trop de questions. Son instinct lui recommande de lui faire confiance. Leurs relations sont dans un premier temps complexes, voire tendues, mais le lien affectif est là et il est plus fort que tout. Ces deux forts caractères doivent s’apprivoiser et il faut à chacune d’entre elles du temps. La famille s’agrandit !

Parmi les guests au générique de cette saison, on note la présence d’Elisa Tovati, Benoît Michel ou encore Pascal Légitimus…
Pascal et moi nous connaissons depuis au moins trente ans et nous n’avions jamais eu l’occasion de tourner ensemble. Je l’apprécie beaucoup. Il est subtil et son rôle de président de tribunal lui sied à merveille. Nous avons peu d’échanges mais ce qui compte, c’est ce qui se raconte malgré nous. J’ai eu aussi beaucoup de plaisir à tourner avec Elisa Tovati, Benoît Michel et Anne Bouvier, une actrice et metteuse en scène que j’adore.

Encore des «muncheries» à prévoir ?
Mais pourquoi Munch s’assagirait-elle ? La fin justifie les moyens d’où les «muncheries». Dans la vie, nous nous posons des limites souvent imaginaires. Beaucoup de choses dans notre société sont régies par des traditions ancestrales et il est salvateur d’oser pour faire bouger les lignes. Munch se joue des conventions bloquantes et réfléchit différemment pour faire triompher la justice : elle a mille fois raison.

Quelles sont selon vous les clés du succès de cette série ?
Notre équipe est très complice. Cela transparaît forcément à l’écran. Avec Aurélien, Tom, Lucien et Paloma, on s’adore ! Nous avons noué des liens solides et nous nous amusons beaucoup. C’est important car Munch me demande un investissement personnel important. Les journées de tournage s’étendent de 7 h à 21 h et le rythme est toujours soutenu. Je consacre beaucoup de temps à Munch, mais je lui dois bien car je l’apprécie beaucoup.

Vous êtes une artiste à part entière. La scène, le cinéma et la télévision sont-ils complémentaires ?
Absolument. Je donne un bout de moi dans chaque interprétation et je me suis toujours investie à 200% dans chacun de mes projets. Etre artiste est une passion avant d’être un métier. Pour des raisons de qualité de vie, je ne fais plus de mise en scène et je ne joue plus au théâtre. L’énergie que demande la mise en scène est celle dont j’ai besoin dans la vie. Je reste donc une actrice concentrée sur le cinéma et la télévision.

Quels sont vos projets ?
L’année prochaine sera largement consacrée au cinéma puisque je m’apprête à tourner dans Les Tuche 4, sous la direction d’Olivier Baroux, dès le mois de janvier. Puis, je serai au casting de Big Bug, le prochain film de Jean-Pierre Jeunet, un long métrage basé sur l’intelligence artificielle et la révolte de robots. Je ne l’ai pas retrouvé depuis Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain en 2001 et je suis impatiente !

Propos recueillis par Vanessa Vincent, TF1