“Diane de Poitiers” : Isabelle Adjani parle de son rôle dans la fiction diffusée lundi soir sur France 2

Mis en ligne par samedi 5 novembre 2022 1374
“Diane de Poitiers” : Isabelle Adjani parle de son rôle dans la fiction diffusée lundi soir sur France 2

La première partie de la fiction Diane de Poitiers sera diffusée lundi 7 novembre à 21:10 sur France 2. Isabelle Adjani y incarne l'une des plus célèbres courtisanes de l'histoire de France.

Dans Diane de Poitiers, vous renouez avec les grandes figures historiques qui ont participé à votre gloire : Camille Claudel, Adèle H ou encore La Reine Margot. Tous ces films ont le nom du personnage que vous incarnez. Cela signifie-t-il quelque chose pour vous ?

D’abord, que j’ai un blason à honorer en considération des visages royaux. J’ai l’impression que mon destin intime est relié à celui des figures historiques. Il y a celles qui viennent d’un autre temps, mais qui nous parlent du temps présent. Pour les figures pas moins royales, même si elles ne sont pas aristocrates, je ressens une responsabilité sororale à leur égard. C’est la beauté de l’aventure réelle et fictionnelle.

Diane est une femme libre, maîtresse de son destin. Au regard des derniers mouvements de libération, elle était comme en avance sur son temps...

Elle bouscule les genres et les rôles qui sont assignés aux femmes, se signale comme l'égale des hommes, elle inscrit le féminin dans le masculin et le masculin dans le féminin. Elle est tout entière dans la transgression, qui est nécessaire pour faire bouger les lignes et les sociétés. Si le féminisme consiste à faire avancer la condition des femmes dans le sens de l’égalité avec les hommes en s’opposant aux violences issues de la domination masculine et du patriarcat, alors oui, elle fut une féministe comme le fut Marguerite de Navarre, la femme d’Henri II.

Dans une interview donnée au magazine Trois couleurs, vous dites que Josée Dayan vous a laissée collaborer artistiquement à toutes les étapes. Comment avez-vous travaillé ?

Lorsqu’elle m’a annoncé qu’elle allait réaliser le premier film « bicéphale » de sa vie, elle a ajouté qu’elle voulait m’offrir ce film. Elle souhaitait que j’occupe un rôle actif dans cette « entreprise classique ». Alors, j’ai été à ses côtés avant, pendant et après le tournage. À chaque étape, j’ai adopté une position attentive, et non attentiste, dans l’écriture, le choix des costumes… Elle m’a souvent demandé mon avis, a toujours reçu mes idées avec intérêt, jusqu’au bout. Cela a permis d'harmoniser le film avec une double vision. J’ai vécu cette aventure comme une formation à la réalisation, c’était passionnant. Réaliser un film est un désir qui existe en moi depuis longtemps, pour lequel j’ai besoin d’une autorisation. Je vais bien finir par me la donner, cette autorisation, il serait temps !

Comment interpréter un personnage dont les sources sont rares et lacunaires ? Sur quoi vous êtes-vous appuyée pour le faire vivre à l’écran ?

D’abord sur la composition narrative de Didier Decoin, scénariste du film et académicien. Puis sur la recherche historique de Franck Joucla Castillo, qui a été très présent pour la mise au monde de Diane de Poitiers. Dans cette fiction, nous n’avons commis aucun faux pas du point de vue de la réalité historique. Toutefois, il y a de telles zones grises que l’on y a apporté des couleurs, j’espère à la fois pastel et éclatantes, à l’image de la personnalité de Diane de Poitiers, que l’on a légèrement imaginée.

À la cour, Diane de Poitiers est la reine des favorites. Être une favorite se résume surtout à des jeux de pouvoir. Jeu de pouvoir, jeu d’actrice…faites-vous un lien entre les deux ?

Une actrice, si elle n’a pas un pouvoir de séduction, ne va pas pouvoir convaincre qui que ce soit. Il faut donner au public l’envie de venir au rendez-vous, à travers le film. Aussi, le pouvoir est relatif, il n’est ni fixe ni inchangeable. Je crois que le pouvoir, c’est ne s’appartenir qu’à soi-même, sans conflit. C’est une maîtrise, dans une existence qui est mise à mal par le monde dans lequel on vit.

Vous avez tenu un journal de bord pendant le tournage sur Instagram. Est-ce une habitude que vous aviez, même avant l’arrivée de ce réseau social ?

Non, je ne suis pas très collectionneuse de souvenirs pendant les tournages. Bien souvent, les metteurs en scène ne le souhaitent pas. Pour ce tournage, Josée m’a dit : « Tu as carte blanche, amuse-toi ! ». Alors, on s’est amusés !

Propos recueillis par Margaux Karp, France Télévisions

 

Cette info vous a été utile ?
(0 Avis)
Dernière modification le samedi, 05 novembre 2022 10:03
Publié dans Fictions, Interviews, Lundi
vignette primes a venir
vignette week end tv
© 2004-2022 Les coulisses de la télévision - Jean-Marc VERDREL