“Grands Reportages” : « Le défi des entreprises centenaires », samedi 30 mai sur TF1

Mis en ligne par jeudi 28 mai 2020 1289
“Grands Reportages” : « Le défi des entreprises centenaires », samedi 30 mai sur TF1

Chaque année des milliers d’entreprises ferment leur porte. Victimes d’une concurrence exacerbée, d’internet ou d’une évolution des habitudes de consommations. Pourtant, un peu partout en France, existent encore quelques entreprises centenaires, qui résistent contre vents et marées, s’adaptent voire se développent encore.

Ces artisans cultivent un savoir-faire ancestral transmis comme un trésor par les générations précédentes. Les entreprises centenaires sont souvent faites d’aventures humaines exceptionnelles, elles ont survécu aux guerres, aux pillages, aux révolutions et aux crises économiques, et perdurent aujourd’hui grâce à un travail acharné. Que l’on s’attarde dans le laboratoire d’une pâtisserie ou dans une usine de dentelle, que l’on assiste à la création d’un bijou de haute joaillerie ou d’un manège, les équipes de “Grands Reportages” a suivi ces fabricants d’art qui font rayonner l’image de la France dans le monde entier…

Christopher Estevez est le chef pâtissier d’une célébre pâtisserie Lilloise. Depuis 1761 la vieille maison a tout vécu. Mais cette année elle a reçu une commande très spéciale : réaliser un dessert sur le thème du Mexique pour un repas prestigieux. Les délais, les conditions, les ingrédients, Christophe doit faire face à une foule de contraintes pour servir un dessert de haute gourmandise… Une course contre la montre qu’il entame avec sa brigade soudée jusqu’au grand jour…le dîner de gala dans les coulisses magnifiques de l’Opéra de Lille.

Laure-Isabelle est issue d’une famille de joailliers de 400 ans. Les Mellerio ont été les premiers à s’installer rue de la paix à Paris, et aujourd’hui ils sont les derniers indépendants. Ils fabriquent des bijoux de haute joaillerie confidentiels. Dans la cave, toutes leurs archives ont été conservées, et c’est ici que Laure Isabelle vient trouver l’inspiration et le soutien de ses ancêtres : « C’est une grande richesse, souvent on me dit – c’est un poids, 400 ans d’histoire pour vous – je dis mais non, au contraire, ça vous pousse à aller de l’avant. ». Car cette année, Laure-Isabelle va devoir dessiner sa première collection. Un défi très risqué, car elle le sait, toute la presse du luxe l’attend au virage.

Marcel Bawol a travaillé toute sa vie dans un atelier qui fabrique des carrousels, ces vieux manèges symbole de la France du début de XXeme siècle. Il est artiste peintre et créé les décors sur les frontons. Cette année est sa dernière…mais avant de prendre sa retraite il va devoir réaliser un chantier très particulier. La société a reçu une commande de plusieurs carrousels pour la ville de Moscou. Il va donc devoir peindre la Russie, et ce pays tient une place toute particulière dans son histoire familiale. Son arrière-grand-père y est né. Pour le remercier de toutes ses années de service, son entreprise a décidé de l’emmener sur place, sur les terres de ses ancêtres : « c’est un rêve, oui, un rêve d’enfant, et surtout un beau cadeau. De me dire que je vais voir la place rouge… »

A Caudry, derrière le vacarme assourdissant des métiers Leavers, des mastodontes d’acier pesant 20 tonnes, la dentelle la plus fine du monde prend forme. Romain, à la tête de cette entreprise de 130 ans poursuit l’histoire de la dentelle grâce à des clients fidèles et audacieux. Comme Karine Gilson, qui créé des modèles de lingerie fine portée par les plus grandes célébrités. Karine va mettre les ateliers de dentelle à rude épreuve pour l’évènement qu’elle souhaite organiser.

Des histoires exceptionnelles autour du talent et du travail qui vont permettre à ces entreprises, de poursuivre leur avenir.