“Enquêtes criminelles” : affaire de la petite inconnue de l'A10 & du petit Jonathan, mercredi 13 janvier sur W9

Mis en ligne par lundi 11 janvier 2021 1470
“Enquêtes criminelles” : affaire de la petite inconnue de l'A10 & du petit Jonathan, mercredi 13 janvier sur W9

Ce mercredi 6 janvier à 21:05, Nathalie Renoux présentera sur W9 un nouveau numéro du magazine “Enquêtes criminelles” qui reviendra cette semaine sur l'affaire Ian Griffin et l'affaire Maël Combier.

La petite inconnue de l'A10 : l'énigme enfin résolue

Le 11 août 1987, une épaisse couverture dissimulée en bordure de l'A10 attire l'attention de deux agents chargés de l'entretien de l'autoroute. À l'intérieur, ils découvrent le corps sans vie d'une petite fille emmaillotée dans une robe de chambre. Sur le corps et le visage de cette enfant aux boucles brunes, de multiples traces de coups et de mutilations.

Seulement, les enquêteurs sont très vite dans l'impasse : impossible d'établir l'identité de la victime. Plus troublant, personne ne se manifeste pour réclamer son corps. Alors pour donner un nom à cette fillette et comprendre ce qu'il lui est arrivé, la justice va déployer des moyens sans précédent. Et surtout, faire preuve d'une obstination sans faille.

Pendant plusieurs décennies, l'énigme de la petite inconnue de l'A10 va hanter l'esprit des gendarmes et des magistrats en charge du dossier. Les habitants de Suèvres, le village voisin du lieu de la macabre découverte, n'ont eux non plus jamais perdu l'espoir d'identifier un jour cet enfant dont ils viennent régulièrement fleurir la pierre tombale.

Le miracle se produit un soir d'octobre 2016, à la faveur d'une banale arrestation, celle d'un homme de 34 ans impliqué dans une bagarre à la sortie d'un bar. L'analyse de son ADN permet de déterminer qu'il s'agit du frère de la fillette retrouvée trente ans plus tôt en bordure de l'A10. Grâce à cet incroyable rebondissement, les enquêteurs sont enfin en passe de découvrir la vérité…

Affaire du petit Jonathan : le mystère de l'homme en noir

Le 7 avril 2004, les parents de Jonathan Coulom, dix ans et demi, reçoivent une carte postale de leur fils. Le petit garçon leur écrit de Saint-Brévin-les-Pins, en Loire-Atlantique, où il est en classe de mer. Ils ignorent qu'ils lisent là les derniers mots de leur fils. Car quelques heures plus tard, l'instituteur de Jonathan leur téléphone et leur annonce que le garçon a disparu durant la nuit.

Très vite, un dispositif exceptionnel est mis en place pour le retrouver. 200 gendarmes sont mobilisés et toutes les hypothèses sont envisagées. D'abord, la fugue. Mais l'intégralité de ses affaires est encore dans la chambre. Et surtout, ses parents en sont persuadés : leur fils ne serait jamais parti seul en pleine nuit.

L'enquête s'oriente vers l'hypothèse du kidnapping. D'autant qu'en passant le centre de vacances au peigne fin, les gendarmes découvrent qu'un individu a tout à fait pu entrer et sortir du bâtiment sans éveiller le moindre soupçon...

Plus d'un mois après la disparition, le corps sans vie du petit Jonathan refait surface dans un étang à Guérande. Le lieu, situé à 30 kilomètres du centre de vacances, est invisible depuis la route et peu connu. Alors le tueur serait-il de la région ? Ou pourrait-il s'agir de « l'homme en noir », un mystérieux tueur en série allemand dont toutes les victimes sont, comme Jonathan, des petits garçons enlevés dans des camps de vacances ?

Pendant des années, l'enquête piétine. Mais début 2018, un nouvel élément relance l'affaire…

Dernière modification le lundi, 11 janvier 2021 09:26
Publié dans Magazines