“Clem” : François-David Cardonnel parle de son arrivée dans la saison 12 qui débute lundi sur TF1

Mis en ligne par jeudi 24 mars 2022 5358
“Clem” : François-David Cardonnel parle de son arrivée dans la saison 12 qui débute lundi sur TF1

Lundi 28 mars à 21:10, TF1 débutera la diffusion de la 12ème saison de “Clem” dans laquelle François-David Cardonnel reprend le rôle de Jérôme Thévenet.

Alors que Clem vient à peine d’emménager avec Matthieu, un revenant du bout du monde, plus précisément d’Afrique du Sud, arrive à point nommé pour tout chambouler…

François-David Cardonnel réinvente le rôle de Jérôme Thévenet en incarnant ce père imparfait, pourtant prêt à tout pour rattraper son absence auprès de sa fille. Entre ouragan et apaisement dans cette nouvelle saison à rebondissements, le comédien nous en dit plus…

Dans quel état d’esprit avez-vous intégré cette série ?

Je suis très heureux d’avoir rejoint cette équipe. J’ai découvert une vraie famille, soudée, heureuse de se retrouver année après année pour jouer une nouvelle partition ensemble. Tout est rôdé. Naturellement, il y a toujours une appréhension à intégrer une série qui est installée depuis longtemps. On se demande légitimement comment y trouver sa place, mais dans mon cas tout s’est fait très naturellement. Tout le monde a été très accueillant. Lucie Lucas a particulièrement été adorable en me soutenant dans cette nouvelle aventure.

Comment vous êtes-vous réapproprié le rôle de Jérôme Thévenet, jusqu’alors incarné par Benoît Michel ?

Ce fut mon challenge ! Réinventer un personnage existant est un défi. J’ai souhaité lui apporter ma touche personnelle. Je n’ai donc pas regardé le jeu de Benoît Michel afin de ne pas être influencé. Ce comédien était apprécié des téléspectateurs et je me sens naturellement attendu au tournant avec une épée de Damoclès au-dessus de ma tête. Pour autant, j’ai essayé de ne pas me mettre de pression inutile et d’imaginer cet homme à l’aube d’une nouvelle vie. Après plusieurs années passées en Afrique du Sud, Jérôme a forcément changé, ses attentes également. Je suis parti de ce postulat pour apporter un peu de fraîcheur à Jérôme et le façonner à ma manière.

Justement, son retour imprévu vient complètement bouleverser le quotidien de la grande tribu…

Jérôme est d’abord revenu pour sa fille, Emma. Il a beaucoup souffert de son absence durant toutes ses années passées à l’étranger et souhaite retrouver rapidement sa place auprès d’elle. Il demande à Clem de lui faire confiance, de lui accorder une deuxième chance de prouver qu’il est un bon père. Il a certainement beaucoup de regrets concernant sa vie passée et il tente d’être le père parfait pour Emma, même si sa situation financière est plus que douteuse… En apparence du moins, la vie semble lui sourire. Baroudeur, amoureux de la nature, soucieux de l’environnement, il renvoie une image d’homme moderne et de papa cool que j’ai eu plaisir à interpréter. Derrière son apparente solidité, son charisme, on devine clairement qu’il gère mal la situation dans laquelle il s’est enlisé. Endetté, en proie à des relations troubles, il tente de cacher la vérité à Clem, mais jusqu’à quand ?

A travers lui, avez-vous retrouvé l’âme d’aventurier qui sommeille forcément en vous ?

Bien entendu car j’ai plusieurs facettes. A Paris, je mène une vie très citadine avec ma femme. Mais je suis originaire du Sud et là-bas, je suis beaucoup plus «roots». J’adore ce décalage. J’ai toujours voyagé, été un grand amoureux de la nature, soucieux de l’écologie et je me retrouve dans le discours de Jérôme. En revanche, il a une certaine idée de la réussite et la peur de l’échec le pousse à agir de façon très discutable. Je ne le rejoins pas là-dessus. J’ai tendance à voir le bon côté en chaque chose.

Dans « Clem », on vous sent totalement dans votre élément…

J’ai toujours été très attiré par la comédie. J’avais déjà abordé ce registre il y a quelques années lorsque j’avais créé ma propre série western, Templeton. J’affectionne particulièrement le comique de situation. Il faut accepter de lâcher prise, ne pas avoir peur d’en faire trop et surtout, rester sincère. Dans Clem, nous sommes dans la comédie dramatique et c’est très intéressant à jouer.

Quels souvenirs gardez-vous de ce tournage ?

De belles rencontres. J’ai beaucoup aimé travailler avec Lucie Lucas. Notre entente a été immédiate. Très investie dans son combat pour l’écologie, elle essaie d’utiliser au mieux son influence sur le public. Son investissement est vraiment admirable. Son rôle dans la série est en accord avec ses convictions et je la comprends totalement. J’avais déjà croisé Loup-Denis Elion plusieurs fois, mais nous n’avions jamais tourné ensemble jusqu’alors. J’ai découvert Agustín Galiana, un vrai soleil ! Je ne pouvais pas être mieux entouré ! J’espère désormais que mon personnage continuera à évoluer car il peut encore nous surprendre…

Quels sont vos projets ?

Je suis actuellement en plein tournage d’un programme court sur le milieu scolaire qui sera diffusé sur M6. J’ai la chance d’incarner des rôles dans des registres différents. Grâce à TF1, j’ai eu l’occasion de prendre part à des séries dramatiques, mais aussi plus légères et cet éclectisme me plait vraiment beaucoup. J’ai une affection particulière pour les séries historiques comme Le Bazar de la Charité, mais aussi les fictions policières comme Insoupçonnable ou encore Alice Nevers dans lesquelles j’ai joué. En dehors de ma passion pour l’acting, j’ai toujours aimé dessiner, en particulier des gravures à l’encre. Je m’y suis remis véritablement il y a deux ans et j’ai pour projet de faire une exposition.

Propos recueillis par Vanessa Vincent, TF1

Dernière modification le jeudi, 24 mars 2022 12:13
Publié dans Séries, Interviews
vignette primes a venir
vignette week end tv
© 2004-2022 Les coulisses de la télévision - Jean-Marc VERDREL