This is adsence

aida.touihri.66mimutes-2Voici les reportages qui seront diffusés au cours du prochain numéro du magazine “66 Minutes”, présenté par Aïda Touihri dimanche 8 mai à 17:20 sur M6. Yannick Noah, chouchou des Français
Il reste indétrônable depuis 2007 à la place de personnalité préférée des Français, devant Zinedine Zidane. Yannick Noah, 50 ans, vit depuis deux ans à New York, où une équipe de 66 Minutes a pu le suivre dans sa vie quotidienne. Là bas, l'idole des Français est un père de famille anonyme qui s'occupe de ses cinq enfants. De sa naissance à Sedan dans les Ardennes à son sacre à Roland-Garros en 1983 en passant par ses prises de position politiques, retour sur la trajectoire. Entre le tournage d’un clip et ses week-ends en famille, on découvre un homme moins serein que l’image « cool » qu’il aime renvoyer. Il se considère par exemple toujours victime de racisme.

Racket à l'école
Alexandre, 14 ans, est sous le choc : il vient de se faire racketter par trois jeunes gens à peine plus âgés que lui, qui lui ont soutiré son téléphone portable. Cécile, une autre collégienne, a elle été prise pour cible par une bande d’une quinzaine d’ados en pleine rue. Lecteurs mp3, Smartphones, gadgets high-tech : 300.000 jeunes sont victimes de ce nouveau type de vol chaque année. « 66 minutes » a rencontré l’un de ces racketteurs, Anthony, qui avec ses complices écume les beaux quartiers de Paris à la recherche de nouvelles victimes. Enquête, coup de filet, interpellations : nous avons également suivi une brigade des mineurs dans sa lutte contre ce phénomène en pleine expansion.

Internet : la serial-menteuse
C’est un cas de mythomanie qui devrait rentrer dans les annales. Pour attirer l’attention, Odile, 20 ans, une jeune étudiante en droit mal dans sa peau s’est inventé un cancer en phase terminale. Pendant trois ans, elle a réussi à tromper des milliers de personnes. Pour mettre en scène sa supercherie qui se jouait en grande partie sur internet, elle a même réussi à se procurer du matériel médical (cathéters, morphine) en falsifiant des documents. Et une foule d’internautes, touchés par ce drame totalement inventé l’ont aidée. Une infirmière est même venue la soigner bénévolement à son domicile. Une autre jeune femme a couru un triathlon en solidarité avec cette malade imaginaire. La mythomane n’a pas cherché de profits financiers mais les personnes qu’elle a bernées sont furieuses d’avoir été les victimes de cette mystification de très mauvais goût.